Loading...
You are here:  Home  >  News du Blog Nanarland  >  Current Article

L’actionisation du produit

By   /   26 mars 2011  /   No Comments

Lecteurs de Nanarland, vous êtes sans doute déjà familiers avec le phénomène de l'américanisation du produit qui consiste à prendre un film d’origine quelconque et à coller sur l’affiche un titre en anglais et des noms d’acteurs aux sonorités anglo-saxonnes plus ou moins bidons pour faire croire à une super-production friquée venue tout droit d’Hollywood. Nous allons voir aujourd’hui deux exemple d’actionisation du produit avec un polar français et une comédie américaine qui, en traversant l’Atlantique chacun de leur côté, se sont transformés comme par magie en films d’action couillus riches en fusillades et en explosions.

Lecteurs de Nanarland, vous êtes sans doute déjà familiers avec le phénomène de l'américanisation du produit qui consiste à prendre un film d’origine quelconque et à coller sur l’affiche un titre en anglais et des noms d’acteurs aux sonorités anglo-saxonnes plus ou moins bidons pour faire croire à une super-production friquée venue tout droit d’Hollywood. Nous allons voir aujourd’hui deux exemple d’actionisation du produit avec un polar français et une comédie américaine qui, en traversant l’Atlantique chacun de leur côté, se sont transformés comme par magie en films d’action couillus riches en fusillades et en explosions.

Commençons avec le film américain « CopOut », une comédie parodiant les buddy movies réalisée par Kevin Smith avec Bruce Willis et Tracy Morgan. Pour vous donner une idée de l’humour subtil qu’il véhicule, à l’origine le film devait s’appeler « Couple of Dicks ». C’est une merde où Bruce Willis se fait chier et où Tracy Morgan nous fait chier. Du coup, lorsqu’il a fallu le sortir en France, le distributeur a commencer par traduire le titre en « Top Cops » et a mis en avant les points forts du film et estompé ses points faibles :
 »Notez au passage le pistolet de Tracy Morgan pas du tout rajouté à la truelle Photoshop. » Ca n’a pas suffi et le film s’est planté aussi fort chez nous qu’aux Etats-Unis. En conséquence, pour le DVD, l’éditeur a décidé de ne prendre aucun risque et de se lancer dans un repositionnement marketing audacieux :
(cliquez pour agrandir puis recliquez pour agrandir plus) Exit Tracy Morgan, Bruce Willis est désormais seul en piste et tant pis si il a l’air de s’ennuyer à mourir malgré le déluge d’explosions derrière lui. Le dos de la jaquette s’y met aussi à fond avec un film  »100% Rebel, 100% explosif, 200% Bruce Willis » où c’est surtout l’orthographe qui se rebelle. Une comédie ? Où ça ? Non monsieur, ici vous êtes au rayon des films d’actions, on n’est pas là pour rigoler. Venons-en maintenant à  »L’immortel », un film de Richard Berry avec Marina Foïs et Kad Merad. Et, par chance, Jean Reno. Le film ici n’est pas honteux mais pour l’exportation son histoire de gangster très ancrée en France et ses acteurs sans profil international (sauf, justement, Jean Reno) rendaient l’entreprise hasardeuse. D’où l’idée de le renommer  »22 Bullets » et surtout de le sous-titrer  »The Revenge of the Professional » pour tenter de le faire passer pour une suite du  »Léon » de Luc Besson, dont le titre anglais est  »The Professional ». Tant qu’on est là, on va aussi changer un peu l’affiche qui ne fait pas assez viril…

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>