Loading...
You are here:  Home  >  News du Blog Nanarland  >  Current Article

Vite vu : Miami Connection

By   /   2 mai 2011  /   3 Comments

Miami Connection, c’est un film sur la musique, l’amitié et le tae kwon-do où les personnages passent un temps fou à ouvrir leur courrier.

Image

L’histoire : un groupe d’amis qui jouent de la musique et font du tae kwon do, les Dragon Sound, sont aux prises avec un gang de motards engagé par un groupe concurrent qu’ils ont évincé de la boite de nuit locale. Après avoir savaté les motards, les joyeux compagnons vont se retrouver dans la ligne de mire d’un clan ninja qui trafiquait de la drogue avec les bikers…

Comme nanar, Miami Connection c’est du très lourd qui n’a qu’une seule faiblesse qui nous coince un peu pour le chroniquer : nous n’avons pas réussi à mettre la main sur la version française (on sait qu’elle existe) pour notre visionnage. Parce qu’en anglais, les acteurs sont mauvais, mais alors à un point à peine imaginable. Genre le moins naze il est au niveau de Matt Hannon dans un bon jour. Le plus mauvais, c’est Jim, et il n’y a juste pas d’équivalent. Pensez Jaguar Force, sauf que lui il n’est pas doublé, c’est sa vraie voix. Le truc, c’est que même pour les anglophones confirmés, un type qui joue mal en anglais ne sera jamais aussi drôle qu’un type qui joue mal en français, donc on y perd beaucoup et c’est dommage.

Image
Vous prendrez bien un truc de chez Jim…

Miami Connection, c’est un film sur la musique, l’amitié et le tae kwon-do où les personnages passent un temps fou à ouvrir leur courrier.

Image

L’histoire : un groupe d’amis qui jouent de la musique et font du tae kwon do, les Dragon Sound, sont aux prises avec un gang de motards engagé par un groupe concurrent qu’ils ont évincé de la boite de nuit locale. Après avoir savaté les motards, les joyeux compagnons vont se retrouver dans la ligne de mire d’un clan ninja qui trafiquait de la drogue avec les bikers…

Comme nanar, Miami Connection c’est du très lourd qui n’a qu’une seule faiblesse qui nous coince un peu pour le chroniquer : nous n’avons pas réussi à mettre la main sur la version française (on sait qu’elle existe) pour notre visionnage. Parce qu’en anglais, les acteurs sont mauvais, mais alors à un point à peine imaginable. Genre le moins naze il est au niveau de Matt Hannon dans un bon jour. Le plus mauvais, c’est Jim, et il n’y a juste pas d’équivalent. Pensez Jaguar Force, sauf que lui il n’est pas doublé, c’est sa vraie voix. Le truc, c’est que même pour les anglophones confirmés, un type qui joue mal en anglais ne sera jamais aussi drôle qu’un type qui joue mal en français, donc on y perd beaucoup et c’est dommage.

Image
Vous prendrez bien un truc de chez Jim…

Pour le reste, il n’y a pas grand chose à jeter.

La musique déjà, ça déchire. C’est de la soupe hard-rock 80s tellement bidon que sur une des chansons, Friends l’intégralité de la mélodie est fournie par la boite à rythme. Je vous rassure, c’est à peine moins évident sur Against the Ninja, leur autre grand tube.

Les bastons sont plutôt pas mal dans l’ensemble. Y.K. Lim, le réalisateur / scénariste / producteur / acteur principal / chorégraphe / cantinier du film est assez bon (il a juste tendance à gueuler un peu trop à chaque coup porté) et les autres acteurs se débrouillent bien aussi. Il faut attendre la fin pour avoir un vrai combat nanar avec Jim, Lim et un autre gars qui beuglent comme des ânes en tatanant des ninjas dans un jardin public, des maquillages en mousse pour figurer les blessures au sabre et une décapitation de mannequin du meilleur effet.

Image
Y.K. Lim n’est pas content.

Et puis il y a le courrier. Les deux scènes d’ouverture de courrier sont toute entières à la gloire de Jim dont je parlais plus haut. C’est ‘achement tragique parce que le gars est né d’une mère coréenne et d’un père militaire américain qu’il n’a pas connu et qu’il essaie de retrouver. Du coup, dans ces deux scènes, il doit jouer successivement la frustration, l’espoir, la déception, la confession tragique, la surprise et la joie. C’est à se pisser dessus d’un bout à l’autre.

Image
Ouais ! La nanardise arrive !

Enfin, il y a un sous-texte assez fort dans le film que je vais vous laisser le soin de deviner. Sachez juste qu’une autre raison qui pousse les bikers à attaquer nos amis est que l’un d’entre eux sort avec la soeur du chef du gang. Observez ces images de vie domestique ordinaire et dites-moi si vous pensez que la vertu de cette jeune femme est vraiment en danger :

Image
Image
Image
Image

La chronique du film devrait arriver sous peu, en espérant que nous aurons trouvé une VF d’ici là.

Autres images en vrac :
Image
Image
Lui c’est mon préféré. On ne le voit pas trop dans le film, mais sur les scènes de musique il se donne vraiment à fond et surtout c’est le portrait craché du Sbire.

Image
Le figurant de gauche a volé le débardeur modèle Lara Croft de Bruce Baron dans Les Massacreurs

Extraits vidéos :

« Friends », par les Dragon Sound et la boite à rythme des Dragon Sound.

La première scène d’ouverture de courrier.

La baston finale.

    Print       Email

3 Comments

  1. Space Dandy dit :

    Bonjour ! vous avez trouvez la VF s’il vous plait ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>