Loading...
You are here:  Home  >  News du Blog Nanarland  >  Current Article

Le cercle des pouets disparus

By   /   10 juin 2016  /   No Comments

Entre la rédaction du prochain livre et la préparation de la web-série documentaire pour Arte Creative, Nanarland a trouvé un peu de temps pour mettre à jour son radio-blog chéri, plus beau que jamais dans son nouvel écrin numérique, et dont la playlist s’enrichit de 5 nouveaux titres.

Vijayendra Varma / Power of an Indian – Intro

Le premier ajout est tiré de Vijayendra Varma : Power of an Indian, bourrade indienne ultra-patriotique ayant comme tête d’affiche la star du cinéma Tollywood Nandamuri Balakrishna, qui campe ici un militaire aux méthodes si radicales qu’elles feraient passer Chuck Norris pour un hippie en sandalettes avec une pâquerette à la main. Ce court morceau qui sert d’intro au film, sur fond de bannière indienne claquant dans le vent, débute avec les lieux-communs de la musique martiale (caisse claire, cuivres et chœurs solennels à la voix grave) avec d’évoluer dans sa seconde moitié vers quelque chose de beaucoup plus exotique.


A retrouver dans la playlist sous le titre « Vijayendra Varma : Power of an Indian – Intro »

On se calme et on boit frais à St-Tropez – St-Tropez St-Tropez (par Tiffany & Phil Funk)

On vous propose ensuite du lourd, du très lourd, peut-être trop lourd pour certains : la chanson St-Tropez St-Tropez, écrite et produite par Leo Carrier en 1983 pour le navet Les Branchés à St-Tropez de Max Pécas. Ce morceau apocalyptique, dont l’intro semble loucher sur la partition du Thriller de Michael Jackson, est interprété par Philippe Baranès alias Phil Barney (qui rappe ici sous le pseudo « Phil Funk ») et Tiffany (l’une des chanteuses de New Paradise) qui scande elle des paroles aussi fines que « Monokini, mini cul nu, si tu veux bronzer, faut bronzer tout nu »… C’est un peu toxique mais on adore !


Source iconographique : le fabuleux site www.bide-et-musique.com, dont on ne chantera jamais assez les louanges !

Pour nos plus jeunes lecteurs et lectrices à qui ces noms n’évoqueront peut-être plus grand chose, Phil Barney est considéré, avec l’animateur Sidney, comme celui qui a introduit et popularisé le rap en France, tandis que le groupe New Paradise versait dans l’italo-disco alors très populaire, en livrant des titres sympas (I Love Video, Show Man…) mais aussi de sacrées purges (Danse ta vie, leur reprise en français du hit What a feeling d’Irene Cara, qui cassait la baraque sur la BO de Flashdance, et qui avait aussi été repris par Sylvie Vartan).


A retrouver dans la playlist sous le titre « On se calme et on boit frais à St-Tropez – St-Tropez St-Tropez (par Tiffany & Phil Funk) »

Space Warriors 2000 – Kids (par Jack Trombey)

On passe à quelque chose de beaucoup plus léger avec un morceau issu du renversant Space Warriors 2000: The Year of the Monkey Wrench, qui est en fait (accrochez-vous, c’est un peu pointu…) un remontage semi-frauduleux de deux autres films déjà hallucinants : le japonais Ultra Warriors vs. the Giant Monster Army (qui comportait lui-même de nombreuses scènes des séries Ultraman 80 et Ultra Q), et le nippo-thaïlandais The 6 Ultra Brothers vs. the Monster Army, alias Hanuman vs. 7 Ultraman. Les co-productions entre le Japon et la Thaïlande sont souvent un casse-tête à identifier mais valent vraiment le coup d’œil (voir la chronique de Hanuman and the Five Kamen Riders, ou celle des Hommes d’une autre planète, la version taïwanaise d’une co-production nippo-thaïlandaise !). Ici, il semble que ce Space Warriors 2000: The Year of the Monkey Wrench (quel jeu de mots…) soit l’œuvre du thaïlandais Sompote Sands et de l’américain Dick Randall, qui auraient bidouillé dans leur coin sans l’autorisation des Japonais de Tsuburaya Productions, détenteurs des droits d’Ultraman. Aux Etats-Unis, Space Warriors 2000 n’a été diffusé que quelques fois à la télé, avant de disparaître quand Tsuburaya a intenté un procès.

Space_Warriors_2000

Pour américaniser son produit à bas coût, Dick Randall a fait refaire la BO du film avec de la musique de stock. On doit ainsi ce morceau intitulé Kids au compositeur anglais Jack Trombey, autrefois un des membres les plus actifs de De Wolfe Music. Pour ceux qui ne connaissent pas, De Wolfe Music est une boîte de prod créée en 1909 qui compose musiques, bruitages et jingles pour la télé et le cinéma. On considère qu’ils ont un peu inventé le concept de « bibliothèque de sons », équivalent audio des bibliothèques de stock-shots. Ils produisent aussi bien de la musique d’ambiance au kilomètre que des compositions personnalisées à la demande de grosses boîtes de prod. Pour les amateurs, certains de leurs morceaux des années 60 sont assez cultes. Impossible de citer ici tout leur travail mais si vous êtes fan des Monty Python ou des Simpsons, ou que vous avez déjà vu le Zombie de Romero ou Brokeback Mountain, alors vous avez déjà entendu leurs créations.


A retrouver dans la playlist sous le titre « Space Warriors 2000 – Kids (par Jack Trombey) »

Rock N’ Roll Nightmare – We Accept the Challenge (par Thor)

On enchaîne avec un morceau beaucoup plus tonique : le braillard We Accept the Challenge, tiré du film Rock’n roll Nightmare et interprété par l’inénarrable Jon Mikl Thor, un ancien bodybuilder devenu frontman du groupe de hair metal éponyme.

Thor_500x500

La scène du film dans laquelle on peut entendre ce morceau très heavy old school fait partie, à mon humble avis, des scènes de cinéma que chacun se doit de voir sous peine d’avoir raté sa vie. On y voit Thor, seulement vêtu d’un slip en cuir clouté, se castagner contre le diable en personne – un des streums les plus caoutchouteux et statiques jamais vus à l’écran – qui lui lance des étoiles de mer bleues que Thor évite, puis écrabouille complaisamment sur ses pectoraux en grimaçant comme un fou. Accessoirement, Thor présente aussi une ressemblance troublante avec Didier Bourdon.


A retrouver dans la playlist sous le titre « Rock N’ Roll Nightmare – We Accept the Challenge (par Jon Mikl Thor) »

La Toubib du régiment – Séquence 3 (par Piero Umiliani)

On termine cet update avec un sympathique morceau d’easy listening guilleret, composé par le sous-estimé Piero Umiliani. Il est tiré de La Toubib du régiment, fleuron de la commediaccia avec des habitués du genre (Edwige Fenech, Alvaro Vitali, Mario Carotenuto, Nino Terzo…).

A retrouver dans la playlist sous le titre « La Toubib du régiment – Séquence 3 (par Piero Umiliani) »

Le radio-blog de Nanarland et ses merveilles, c’est ICI.

    Print       Email

About the author

Né en 1980, rédacteur de Nanarland depuis 2001, vidéovore chevronné, vit et travaille à Grenoble comme monteur vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>