Loading...
You are here:  Home  >  Autour du nanar  >  Current Article

Steven Seagal a écrit un roman (et on l’a lu)

By   /   3 janvier 2018  /   6 Comments

C’est non sans surprise que nous avons appris que Steven Seagal avait (co-)écrit un roman intitulé “The Way of the Shadow Wolves”, sorti en toute discrétion en octobre 2017. Après les arts martiaux, le cinéma et la musique blues, le Saumon Agile avait donc décidé d’ajouter encore une corde à son arc ? Il fallait que nous nous penchions sur le sujet.

Sous-titré “The Deep State and the Hijacking of America”, l’ouvrage insiste lourdement dans sa préface et sa quatrième de couverture sur le fait qu’il s’agit d’un roman à clés. Foin de divertissement décérébré, ici le lecteur va apprendre des vérités cachées et ouvrir les yeux sur la marche du monde, du moins telle que Steven Seagal la voit. Autant dire qu’on n’a pas été déçus du voyage.

Il y a pas moins de 3 pages de ces “what if”  en ouverture du livre.

Le pitch : Barack Obama s’est allié aux cartels de la drogue mexicains pour faire entrer clandestinement aux Etats-Unis des centaines de djihadistes de l’Etat islamique dans le but de commettre des attentats et d’y instaurer le califat. Mais un homme se dresse sur la route du complot : John Gode, un agent d’origine mohawk de la police tribale surveillant la zone frontalière en Arizona. John Gode est membre de la confrérie des “Shadow Wolves”, les Loups de l’Ombre, héritiers des traditions indiennes ancestrales et possédant à ce titre des pouvoirs mystiques divers et variés se révélant lorsque les besoins de l’action l’exigent.

On ne va pas se plaindre, ce genre de folie furieuse est exactement ce pourquoi on est venus, mais ce voyage dans la psyché de Steven Seagal arrive quand même à surprendre le lecteur innocent à chaque détour.

Les agents du complot sont désignés comme des “Bubba” (apparemment un diminutif familier de “frère” employé dans le Sud des Etats-Unis), ce qui laisse espérer une suite où Rohff et La Fouine, voire Morsay, viendraient clasher ces illuminatis d’un nouveau genre.

Comme le vante la couverture, la préface est écrite par Joe Arpaio, ancien Sheriff de l’Arizona condamné en 2017 par une cour fédérale pour ses violations répétées des droits de l’homme. Son nom n’est pas inconnu des fans hardcore de Steven Seagal : lors d’une opération de police pendant le tournage de la troisième saison de son show de télé-réalité “Steven Seagal au service de la loi”, c’est Joe Arpaio qui avait mis Seagal aux commandes d’une espèce de tank et suite à une fausse manœuvre, Panda Bouffi avait défoncé un mur et détruit un poulailler, causant la mort d’une centaine de volatiles et d’un chien.

Le délire complotiste infuse le livre et guide l’action à chaque pas. Dans le désert de l’Arizona, John Gode affronte pêle-mêle des djihadistes de Daesh, des commandos iraniens, des agents renégats du gouvernement (le fameux “Deep State”) et des sicarios des cartels. Entre deux bastons et interrogatoires menés en dépit du bon sens, il nous inflige ses convictions sur, au choix, la véritable religion d’Obama, les politiciens qui sont tous vendus aux cartels de la drogue et le politiquement correct qui est une menace pour le monde aussi grave que le djihadisme international.

Dans l’un des passage les plus brindezingues, on nous explique que John Gode peut compter sur l’aide discrète du Mexique, car grâce à l’immigration les Mexicains possèdent maintenant la moitié des Etats-Unis et ont donc tout intérêt à stopper les terroristes.

Au-delà du fond, c’est écrit avec les pieds. John Gode est un surhomme parfait en tout, les seconds rôles ont autant d’épaisseur que le papier à cigarette du cow-boy Marlboro, les méchants sont des caricatures ricanantes même pas dignes d’un mauvais James Bond et les tripes (“gut”) de John Gode ont presque autant de lignes de dialogue que lui, et plutôt plus de caractère. Représentant son intuition sans faille, elles sont surtout un procédé bien commode pour combler les trous dans l’intrigue. C’est l’organe le plus expressif de la littérature depuis le nez de Cyrano et la teube de Christian Grey.

Au passage un petit aperçu des titres de chapitres

S’il a une symbolique assez transparente en anglais, le patronyme de John Gode est par contre une source inépuisable d’hilarité pour le lecteur français, qui se demande constamment où donc Gode est niché et si les méchants vont l’avoir dans le cul.

John Gode maîtrise aussi (évidemment) les arts martiaux, dont une technique pour rendre son visage “totalement inexpressif” qui nous fait porter un regard nouveau sur le jeu d’acteur de Steven.

Une technique dont Steven est lui-même ceinture noire. 7ème dan.

Pour résumer, on a affaire là à un petit livre méchant, médiocre et paranoïaque qui nous rappelle s’il en était besoin qu’une fois les caméras éteintes Steven Seagal n’est pas une personne très sympathique : on ne compte plus les récits traumatisés de réalisateurs ayant travaillé avec lui, ni les accusations de harcèlement sexuel à son encontre. On ne peut pas vraiment le recommander à quiconque, mais on a tout de même bien rigolé au long de ses 236 pages.

Heureusement, le livre se termine sur une note d’espoir… On se demande bien de qui il parle !

    Print       Email
  • Published: 5 mois ago on 3 janvier 2018
  • By:
  • Last Modified: janvier 3, 2018 @ 10:12
  • Filed Under: Autour du nanar

6 Comments

  1. François dit :

    Woaw c’est tellement gratiné que j’ai presque hâte d’en voir l’adaptation (avec Steven dans le rôle principal évidemment).

  2. Stryker dit :

    Je donnerais cher pour sa traduction française !

  3. Schild dit :

    Sans déconner, non. Ne dépensez pas un centime pour ce truc. Ca les encourage.

  4.   dit :

    « This is not the end, it is not even the beginning of the end, but it is perhaps the end of the beginning. »
    D’un autre grand homme. Peut-être un jour un pourra-t-il l’incarner dans un nouveau biopic ? Les derniers en date Brian Cox et Gary Oldman ne m’ont pas convaincu…

  5. Ed Cercueil dit :

    Ca donne envie ………….de ne pas l’acheter :D

  6. LarryKing dit :

    Constantine Loros = Georges Soros ?

    Certains complotistes voient sa main derrière toute organisation un peu de gauche/ droit de l’homme/progressite à travers le monde – c’est le nouveau Rothshild.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>